Présentation


C’est au lycée Louis Barthou à PAU que j’ai commencé ma formation en Arts Plastiques et Histoire de l’Art. Ces mêmes années, j’ai eu la chance de recevoir l’enseignement et le soutien de Robert Faget aux Arts Appliqués de PAU, ce qui m’a conduit à intégrer l’école des Beaux-Arts de Bordeaux où j’ai obtenu le DNAP en 1999. Aujourd’hui plus autonome dans mes recherches, je continue à suivre des cours à l’atelier de M. Faget (Artiste discret et généreux, Critique juste et sensible).


          J’aime que les premiers mots se posent sur sa boîte à peintures, éveilleuse de nos sens et témoin indiscret de son travail. C’est une dimension de l’artiste que j’ai tout de suite aimée et ressentie depuis son petit atelier ; là sont conservés esquisses, collages, gouache et fusain de toute une vie d’artiste. L’authenticité de ce lieu de repli est telle que l’on ne pense pas à suivre l’évolution d’un coup de crayon précocement talentueux, mais que l’on devine la « matière » qui nourrit son inspiration et ses recherches. Je crois que j’ai succombé en premier à ses natures mortes : genre « suranné », exigeant et tellement émouvant. C’est là encore une dimension de l’artiste que j’ai tout de suite admirée : la rencontre – qui dirait improbable – entre l’intensité narrative de ces natures et la délicatesse de la femme. J’ai été touchée par ce qui fait l’artiste vraie : la prise de risque et la tension pour n’atteindre que l’évidence d’une composition. C’est pourtant avec un paysage que j’ai choisi de vivre : la poésie du sujet et l’audace des contrastes m’offrent un lieu de rêverie et me parlent de la peintre et de l’amie.                               F.